31/03/2010

Orgone

        Hiver long, très long et très pénible...pas tellement à cause du froid, mais à cause du type d'énergie qu'il y avait dans l'air...
        Grise, stagnante...Collant curieusement à la peau même si froide, d'un froid mort, terne, gris.
        Lumière mangée par la texture même de l'air. En soi, on ne ressent plus qu'une envie: dormir, ne plus bouger..Plus envie de rien...Trois mois ainsi, avec parfois un sursaut.
        C'est la première fois que je vois ça.
        En tout cas, à ce point. Quelque chose de très grave est en train de se passer et personne ne le sait, même si beaucoup, sans dout de plus en plus,  le perçoivent.
        Quelque chose qui a rapport à l'énergie de la vie, l'énergie de l'air, la lumière.
        L'idée d'une énergie spécifique au vivant, d'une énergie présente dans l'atmosphère, de couleur bleue quand ça va et de couleur gris frangé de pourpre, comme une formation cancéreuse, quand ça ne va pas, d'une énergie qui est à la fois dans l'air et en soi, cette idée là fait peur.
        Si c'est mystique, on veut bien. mais autrement, ça ne peut pas exister. Tabou.
        Une énergie "spirituelle", c'est, disons le, une idée "raisonnable" . Une idée qu'on respectera.
        Mais une énergie qui est partout, qui remplit tout, qui est la trame même de nos existence, une énergie tellement perceptible qu'il faut le faire exprès de ne pas la voir, et qui pourtant n'est pas matérielle, et suit donc des règles différentes que celles de la physique mécanique, c'est quelque chose qui ne peut pas exister.
        Point final.
        Pourtant, si nous voulons survivre, il devient urgent d'ouvrir les yeux.
L'orgone est l'énergie motrice, pulsatoire, de l'atmosphère. Et de même, l'orgone est l'énergie du vivant. Nous sommes avant toute chose des êtres d'énergie, des "âmes" d'orgone pulsante habitant un corps de matière, qui par là-même devient vivante, ondulante, et sommes dès lors entièrement solidaires de notre environnement énergétique.
        C'est par notre orgone interne que le climat nous affecte, ou nous réjouit. Mais là, de moins en moins souvent.

 

24/09/2007

Orgonalité du corps

C'est donc une thérapie sur l'énergie.Quelle énergie ? Cette énergie vitale que d'aucuns appelent Qi, ou prana, ou parfois orgone.
       C'est l'énergie de fonctionnement du vivant, la force vitale. La vitalité d'un être dépend de la quantité d'énergie qui est à sa disposition. Mais chez l'immense majorité des gens cette énergie n'est pas libre. Elle est liée dans la cuirasse musculaire.
       La cuirasse musculaire est la conséquence de la répression précoce (et permanente) de la pulsation vitale. Elle se manifeste par la contraction chronique et inconsciente de groupes de muscles qui enserrent le corps dans une sorte de corset rigide.Il est facile de comprendre que le maintien de la cuirasse utilise la plus grande partie de l'énergie organique: essayez pour voir de garder volontairement un muscle contracté en permanence.

I-ar glemed

       Si la cuirasse permet l'adaptation aux conditions sociales existantes, elle empêche par contre radicalement tout contact avec la nature, tout plaisir réel et est à l'origine des perturbations émotionnelles qui caractérisent notre mode de (non-) vie. L'énergothérapie permet de desserrer ce corset, et peut rendre à l'organisme une grande partie de sa vitalité.
       Elle peut rendre à chacun la capacité de se ressentir soi-même et de percevoir l'énergie autour de soi. C'est un pas décisif vers l'autonomie, grâce au renforcement de sa propre sensation du vivant.Plus que d'une "thérapie", il s'agit d'un retour aux sources: renouer avec la magie de l'univers en mouvement, en création continue.
       Le "thérapeute" agit comme un sourcier , sans rien imposer, sans but, sans agir, en s'efforçant seulement de lever les obstacles au jaillissement de l'énergie...En trouvant, d'abord à distance, les endroits du corps où l'énergie circule encore librement, et en favorisant la prise de conscience vécue de cette énergie.En desserrant, par des massages, les endroits les plus contractés qui forment des barrages à la circulation du courant.En laissant venir toute expression spontanée du corps, à commencer par la respiration..
       C'est une pratique qui, par beaucoup d'aspects, se rattache à la méditation zen, ou au Taï-Chi...